Pour mener à bien la fouille archéologique du tombeau de Montaigne, une équipe de scientifiques, issues essentiellement de quatre laboratoires des universités bordelaises, Pacea, Iramat-CRP2A, Archeovision et Ausonius, a été constituée. Dans cette rubrique, nous vous présentons le CV de ces experts, qui mettent leurs connaissances et savoir-faire au service de ce projet de recherche historique.

Rencontre avec Laurent Coste, historien

Pouvez-vous présenter brièvement votre parcours ?
Titulaire de l’agrégation d’histoire, j’ai soutenu une thèse de doctorat sur l’administration municipale de Bordeaux sous le consulat et l’Empire ; j’ai ensuite soutenu une Habilitation à Diriger des Recherches portant sur les élites municipales en France, du 16e siècle à 1789. J’ai été recruté comme maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne en 1998 et je suis Professeur depuis 2006.

En quoi consiste votre métier ?
Je suis enseignant-chercheur. Comme enseignant, je fais cours aux étudiants de licence de master de l’Université Bordeaux Montaigne. Comme chercheur, je travaille sur les élites politiques du 16e au début du 19e siècle, au sein de mon Unité de Recherche, le Centre d’Etudes des Mondes Moderne et Contemporain (CEMMC), dont je suis le directeur-adjoint depuis juin 2016. J’ai par ailleurs des responsabilités administratives puisque je suis élu au Conseil d’Administration de mon université depuis février 2020.

Quel est votre rôle dans la fouille archéologique du tombeau de Montaigne ?
Ayant travaillé sur les élites bordelaises de l’époque moderne, en recourant en particulier à la prosopographie, mon rôle dans le projet consiste à rechercher la descendance exclusivement féminine de Michel de Montaigne, du 16e siècle à nos jours, afin de permettre aux scientifiques de mener une étude comparative de l’ADN des descendants actuels et de la dépouille retrouvée au musée d’Aquitaine.